Une collection virtuelle

Voici ma collection philatélique virtuelle. Je m'intéresse plus aux sujets figurant sur les timbres qu'aux timbres eux-mêmes. Ce que je préfère, c'est découvrir grâce à un timbre étranger un personnage ou un événement dont j'ignorais auparavant l'existence. Comme vous pourrez le constater, je suis un généraliste: n'hésitez pas à utiliser l'outil de commentaires pour rectifier ou compléter les informations présentées.

dimanche 17 octobre 2010

Saint Frère André et l’Oratoire Saint-Joseph

Né au Québec, Alfred Bessette (1845-1937) connut une enfance pauvre et maladive, devenant orphelin à l’âge de 12 ans. Sans instruction, il exerça différents métiers et vécu quelques années aux États-Unis, où il apprit l’anglais. De retour au Québec, il entre en religion sous le nom de « Frère André » en 1870. Il devient portier du Collège Notre-Dame à Montréal, fonction qu’il occupe pendant près de 40 ans.

À partir de 1877, le frère André devient célèbre pour les guérisons miraculeuses, qu’il effectue devant une statue de Saint Joseph qu’il a installée sur le Mont Royal. Grâce aux dons qu’il reçoit, le frère André fait bâtir en 1904 une chapelle dédiée à Saint-Joseph. La chapelle d’origine ne mesurait que 20 mètres carrés, mais il fallut y ajouter une crypte en 1917 (elle pouvait accueillir environ 1000 personnes), puis une immense basilique, « L’Oratoire Saint-Joseph », commencée en 1924 et achevée en 1967, qui reçoit de nos jours plus de 2 millions de visiteurs chaque année.

Aujourd’hui, le 17 octobre 2010, le Frère André a été canonisé par le Pape Benoît XVI. Même un athée comme moi considère le Frère André comme un personnage extrêmement important de l’histoire du Québec. Pourtant, les autorités postales canadiennes ne semblent pas avoir jugé bon d’émettre un timbre à son effigie. Tout ce que j’ai pu trouver, c’est ce timbre émis le 2 avril 2004 (à un million et demi d’exemplaires) qui présente l’Oratoire Saint-Joseph (construit 100 ans plus tôt) dans le cadre d’une série sur les attractions touristiques du Canada. J’ai la triste impression que si le frère André avait été anglophone, il aurait son timbre depuis longtemps.

La page de Wikipedia conçernant le Frère André.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...